Le premier ministre du Québec François Legault reconnaît avoir mal évalué l’impact de sa réforme de l’immigration

Confronté au mécontentement provoqué par sa réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ), le gouvernement Legault fait marche arrière en accordant une clause de droits acquis aux étudiants et aux travailleurs étrangers temporaires déjà au Québec.

La décision a été annoncée mercredi, au lendemain de discours émouvants prononcés par des dizaines d’étudiants étrangers et de travailleurs temporaires afin de presser le gouvernement de modifier sa réforme, en évoquant des vies brisées.

Hier, j’ai été très ébranlé par les témoignages qu’on a entendus, a commenté le premier ministre François Legault, peu après que son ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, eut confirmé la volte-face du gouvernement.

Avant le 1er novembre, les étudiants pouvaient se qualifier au PEQ en vue d’obtenir un Certificat de sélection du Québec (CSQ) s’ils avaient complété 1800 heures d’études au Québec.

La réforme prévoyait plutôt que seuls les étudiants détenant un diplôme correspondant à certains domaines de formation choisis par le gouvernement allaient désormais être considérés, laissant en plan des milliers d’étudiants qui répondaient aux anciens critères lors de leur arrivée.

source: /ici.radio-canada.ca

Total Page Visits: 823 - Today Page Visits: 1