Revenons quelques jours en arrière. Samedi dernier, deux chroniqueurs influents et respectés rapportaient dans leurs textes certains bruits de corridor entendus dans la basse-cour libérale. Denis Lessard écrivait dans La Presse, au sujet de l’establishment libéral qui a encouragé et soutient la candidature du maire de Drummondville Alexandre Cusson, qu’«une perception les rassemble: le Québec des régions resterait insensible à une Montréalaise issue des communautés culturelles». 

*Le journal de Montréal  

Dominique Anglade est une québécoise d’origine haïtienne.

Née au Québec, Mme Anglade a vécu en Haïti, en Ontario et en Colombie-Britannique, et elle parle cinq langues. Elle est titulaire d’un baccalauréat en génie industriel de l’École Polytechnique de Montréal et détient une maîtrise en administration des affaires de HEC Montréal. Dominique Anglade est mère de trois enfants.

En 2014, le Forum économique mondial a annoncé la nomination de Dominique Anglade, parmi les Jeunes Leaders Mondiaux (Young Global Leaders). Cette distinction est décernée chaque année à la nouvelle génération de leaders dans le monde entier, tous âgés de 40 ans et moins, et reconnus pour leurs réalisations professionnelles ainsi que leur engagement envers la société. Mme Anglade est la seule québécoise à avoir obtenu cet honneur en 2014, parmi 214 lauréats sélectionnés au sein de 66 pays.

La course au leadership du Parti libéral du Québec.

Dominique Anglade, l’ancienne vicepremière ministre du Québec s’est lancée la première dans la course à la direction du PLQ. Rappelons que le parti avait été pratiquement blanchi en région lors des élections d’octobre 2018. Le prochain chef du PLQ, qui aura la lourde tâche de relever le parti après une défaite cinglante. Cette lourde tâche se fait ressentir à l’interrieur du parti ces derniers jours !

Qui joue la «carte raciale»?

Dominique Anglade a dû aborder le thème de ses origines haïtiennes bien malgré elle, dimanche, lorsqu’elle a été questionnée par des journalistes au conseil général du PLQ à Sherbrooke.

La candidate d’origine haïtienne a déclaré que le Québec était prêt à élire une femme noire, c’était en réponse à une question qui lui a été posée en point de presse au conseil général du Parti libéral à Sherbrooke.

Ce n’est pas la couleur de sa peau, mais la perception qu’elle est trop « montréalaise » qui risque de nuire à Dominique Anglade en région, estiment deux ex-politiciens noirs joints par La Presse.

Total Page Visits: 803 - Today Page Visits: 1